Les cinéastes invités

mardi 25 février 2014 par CILBA

Rashid Masharawi

Il est né dans la bande de Gaza en 1962 dans le camp de réfugiés de al-Shati (camp de la plage), camp construit en 1948 pour abriter les réfugiés palestiniens fuyant la région de Jaffa.
Dès l’âge de 14 ans il travaille comme plongeur dans un restaurant puis comme ouvrier sur des chantiers en Israël. Il a 18 ans quand il décide que son avenir se fera dans la création cinématographique. D’abord assistant décorateur, il collabore (en 1984) à l’écriture du film de Michel Khleifi, Noces en Galilée. Il travaille et vit dans les territoires palestiniens occupés et fonde, en 1996, à Ramallah, un centre de production et distribution cinématographique. Malgré l’occupation et les problèmes qu’elle induit, ce centre vise à promouvoir le cinéma dans les diverses régions, universités, villes et centres culturels de Palestine au moyen de projections, rencontres, conférences…Il a – entre autres – créé un festival pour les enfants. Il sponsorise également un cinéma mobile qui lui permet de faire des projections dans les camps de réfugiés.
Après plusieurs courts métrages et documentaires, Rashid Masharawi passe au long métrage de fiction en 1993, avec Couvre-feu. Depuis documentaires et fictions alternent ; son dernier film Palestine Stereo a été plusieurs fois sélectionné, en particulier pour le festival de Toronto au Canada et à Alger.

Najwa Najjar

Auteure et réalisatrice, Najwa Najjar a obtenu une maîtrise en production de films et de vidéos aux Etats-Unis. Depuis 1999 elle produit des films documentaires et des fictions. Son premier long métrage, Grenades et Myrrhe, acclamé par la critique, a été couronné de dix prix internationaux.
Plusieurs de ses films ont été diffusés dans le cadre de festivals prestigieux : Berlin, Cannes, Locarno. Conférencière, membre de jury de festivals de films internationaux, Najwa Najjar publie également des critiques de livres et des articles sur le cinéma palestinien. Elle a assumé le rôle de conseillère à la création dans le cadre du Rawi Middle East Scriptwriter’s Lab de l’Institut Sundance qui s’est tenu en Jordanie, en novembre 2013.



Alaa Ashkar

Né en novembre 1977 en Galilée d’une famille palestinienne, Alaa fait ses études de droit à Netanya dans le centre d’Israël. La situation sociopolitique en Israël le touche profondément et il décide de voyager pour s’ouvrir à d’autres perspectives. En 2006 il termine un Master en sciences politiques en France et noue des contacts avec le milieu culturel méditerranéen en travaillant en Égypte, en Italie, en Israël, en France et en Palestine. Son intérêt pour le cinéma indépendant l’emmène à adopter ce domaine pour exprimer ses questionnements identitaires et ses observations sur les rapports humains. Route 60 est son premier film.

Nahed Awwad

Nahed Awwad travaille pour la télévision et le cinéma depuis 1997. Diplômée en communication télévisuelle et réalisation vidéo (Conway School au Canada), elle a également étudié la production de documentaires au
Danemark (Collège européen de cinéma). Nahed Awwad intègre ensuite l’Institut des médias modernes de Ramallah comme monteuse puis comme formatrice en montage. Elle travaille avec des réalisateurs palestiniens
et des artistes (Michel Khleifi, Khalil Rabah, Vera Tamari). En 2002, elle commence à réaliser ses propres films. Aujourd’hui cinéaste indépendante, elle vit entre Ramallah et Berlin et termine un long métrage.
Lions 2002
Going for a Ride 2003
25 Kilomètres 2004
La 4ème chambre 2005
Not Just a Sea 2006
À 5 minutes de chez moi 2008
Gaza Calling 2012

Omaima Hamori

Née à Jérusalem en 1988, Omaima Hamori est titulaire d’une licence en communication de l’Université de Jérusalem et d’un master en écriture de scénario de l’Institut des Arts cinématographiques de la Mer Rouge en Jordanie. Elle a signé plusieurs courts-métrages dont le dernier a été présenté en 2013 lors de la dernière édition de Shashat (Festival de films de femmes en Palestine).
Cinéaste indépendante, elle a la passion de porter des récits à l’écran et travaille actuellement sur le scénario de sa première fiction.

The Sister and her Brother 2010
Remains 2010

Norma Marcos

Originaire de Bethléem, Norma Marcos, vit entre Paris, New York et sa ville
natale. En 1994, elle signe L’Espoir voilé, documentaire sur des femmes de Palestine, diffusé sur une dizaine de chaînes de télévisions européennes.
La plupart de ses films évoquent sa terre natale. Lauréate de plusieurs prix
internationaux (Fondation Umverteilen, Villa Médicis hors les murs, Grand prix
du meilleur scénariste...), elle est présente lors de nombreux festivals se déroulant dans le monde entier.
En 2012 elle se lance dans la fiction avec le court métrage Wahdon, tout en continuant à tourner des documentaires. Elle vient d’écrire un livre, Le désespoir voilé, Femmes et féminisme en Palestine dans lequel elle retrace la passionnante histoire du mouvement féministe en Palestine.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 429 / 12942

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ciné-Palestine : dans les pas de cinéastes palestiniens  Suivre la vie du site Ciné-Palestine : 1ère édition   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License